Nuages avec pluies faibles11°C6°C

Vous êtes ici

Saint-Félix Lauragais

A la proue du Lauragais

Ce village médiéval, perché sur les hauteurs du Lauragais, offre un point de vue exceptionnel sur les Pyrénées et la Montagne Noire et une riche histoire


Un village entre Bastide et Castelnau

Tout commence à l’époque romaine

Saint-Félix Lauragais trouve son origine dans l’établissement d’un petit camp romain sur la butte dite « Des 3 moulins » , la colonie romaine s étant installée à Saint-Julia. La population se développe et le camp se transforme en castrum wisigoth. Les archéologues y découvrent des tombes, des boucles de ceinturon en bronze, des fioles lacrymales…



Aux alentours du 10ème siècle une place seigneuriale se met en place avec la construction d’un château, sur la butte, face aux 3 moulins. La seigneurie tenue par Guillaume JOURDAIN (1035) est forte et reconnue dans le Pays Toulousain. Ce château médiévale va être totalement détruit par Simon de Montfort durant la Croisade des Albigeois. De ses cendres vont renaître le château actuel, et la décision est prise de créer une ville nouvelle à côté du château.


La naissance d’un Castelnau-Bastide sur une place seigneuriale

Bastide ou Castelnau ? Et bien un peu des deux ! Ce village est construit selon les caractéristiques d’une bastide (une place centrale avec une halle couverte, un beffroi, des rues suivant le plan en damier, des remparts…) administrée par des consuls, mais le décisionnaire final, celui qui a tout pouvoir, c’est le seigneur, qui réside au bout du village dans son château ! Saint-Félix n’est donc pas une bastide mais bien un Castelnau.


Un village sous haute protection !

A Saint-Félix il ne peut rien vous arriver ! Quatre Saints protègent le village ! Le premier a donné son nom au village! Saint-Félix, originaire d’Afrique, était évêque à Gérone, et il fut martyrisé et trainé par des chevaux. Certaines de ses reliques aurait été déposé dans l’église.



En 1390, une terrible tempête éclata sur le Lauragais, la population de Saint-Félix se réfugia dans la Collégiale (consacrée par le Pape en 1318). Après plusieurs jours à espérer une accalmie, un des villageois décida de sortir sur le parvis de l’église avec la statue de Notre-Dame la Belle… et la tempête s’arrêta instantanément ! La Vierge devient la deuxième protectrice du village.



Jamais 2 sans 3 ! Il fallait l’intervention d’un troisième ! Lors de la Guerre des Protestants, les Huguenots attaquèrent les remparts de Saint-Félix avec plus de 120 tirs de canons, comme par miracle aucun n’atteignis sa cible ! C’était un 14 février 1570, Saint-Valentin devint donc le protecteur du village. 



Alors pourquoi pas un de plus ! En 1862, la population de Saint-Félix est décimée par un épisode de choléra. La ville décide d’offrir une vierge en pierre, pour protéger la population, elle est installée sur le beffroi, au cœur du village, à ses pieds une plaque avec une inscription en latin  « Je suis la gardienne de votre cité »


« Le plus beau des trésors de Saint-Félix Lauragais est gratuit et on peut en profiter à tout moment de la journée ! Prenez votre appareil photo ou tout simplement vos yeux et admirer la vue à 360° de la Table d’orientation »

Orgue de Saint-Félix Lauragais

01

Laissez-vous bercer par le son de l’orgue

La Collégiale et son orgue du 18ème siècle

Venez, poussez bien la lourde porte en bois et laissez la magie opérer…

02

Un saut dans le passé ?

A la découverte de la Maison de Déodat de Séverac

Vous pouvez visiter la maison d’enfance de l’artiste, c’est incroyable on replonge dans le début du 20ème siècle !

Rando autour de Saint-Félix Lauragais

03

Explorer les alentours

La randonnée gourmande

Après une jolie randonnée dans les collines de Saint-Félix, récompensez-vous en dégustant une viennoiserie à la boulangerie, elles sont merveilleuses !

Halle de Saint-Félix Lauragais

Saint-Félix, berceau d’hommes historiques

Guillaume de Nogaret, l’homme de sang



Pourquoi la place du village porte le nom de Guillaume de Nogaret ? Et bien ce personnage sombre est né sur les terres de la Seigneurie de St-Félix. Grand juriste et bras droit du Roi de France Philippe le Bel, il est reconnu pour ne pas être un tendre  ! Sans parler de la tentative d’attentat sur le Pape Boniface VIII à Anagni, Guillaume de Nogaret c’est aussi rendu coupable de la mise en œuvre de la persécution de l’ordre du Temple. Il est à l’origine des procès en hérésie contre les templiers !


Déodat de Séverac et la musique romantique



Toujours sur la place du village, une grande maison attire toujours l’attention. Vous entendez cette douce mélodie ? C’est la maison natale du grand compositeur de musique romantique Déodat de Séverac, ses descendants y vivent encore. Déodat petit garçon commence la musique avec l’organiste de la Collégiale de St-Félix. Il fait ensuite ses études à Sorèze et son Droit à Toulouse. Il passe ensuite 10 années à la Schola Cantorum à Paris. Il fréquente les artistes du Bateau Lavoir et l’effervescence parisienne, il commence à être connu mais sa campagne lui manque et décide de revenir dans le sud-ouest.


Le concile cathare : mythe ou réalité ?



Le catharisme…cette contestation religieuse, issue et développée par les membres de l’église elle-même se propage rapidement dans le sud-ouest de la France au 11ème  siècle. Le catharisme prône un retour au message du Christ, sans faste ni opulence que l’on retrouve au sein de l’église et de la Papauté. Les cathare, ou « bons hommes » « parfaits », prêche la parole de Dieu sans bien matériel.



Ce mouvement qui prenait de l’ampleur avait besoin d’être hiérarchisé. C’est pour cela que le Pope Niquintas de Constentinople vint avec ses troupes dans le Pays d’Oc afin d’instaurer des Patriarches Cathares lors d’un grand Concile. Ce concile se serait déroulé dans le château primitif de Saint-Félix. Les historiens n’ont retrouvé aucune preuve datant de cette période… alors mythe ou réalité ?


L'orgue de Saint-Félix : une note après l'autre

La construction de l’orgue remonte au 18ème siècle, aux année 1780-1781, sa restauration sera épique ! Il sera classé aux Monuments Historique en 1967.Première restauration en 1930, afin de pouvoir y jouer de la musique romantique ! En effet les restaurateurs vont rajouter des claviers, donc des notes, à l’orgue, et Déodat de Séverac pourra donc y jouer ses compositions romantiques.



En 1989, un restaurateur des Monuments Historiques passe par St-Félix Lauragais et découvre ce magnifique orgue du 18ème  avec encore tous ses matériaux d’époque. Beaucoup d’orgues aujourd’hui sont mécanisés et modernisés pour plus de commodité. Celui de Saint-Félix est encore équipé de ses grands soufflets en peaux de lapins, collées à la colle « d’os à poisson », il faut également en fonction de la température extérieur, humidifier les peaux de lapins avec un torchon…le restaurateur est subjugué mais se rend rapidement compte que l’orgue a été modifié ! Quelle idée de rajouter une note ! Et bien il sera donc décider de la retirer ! L’orgue part pour la deuxième fois en restauration de 1990 à 1992 et perd sa note romantique, mais retrouve son aspect originel.