Prise d'Alzeau et Rigole de la Montagne

PRISE D'ALZEAU ET RIGOLE DE LA MONTAGNE

 

Logo Patrimoine Mondial

lOGO gRAND sITES


Situées au coeur de la Montagne Noire, les «Sources du Canal du Midi» constituent la solution au problème de l’alimentation en eau du Canal du Midi. En effet, il fallut attendre le XVIIème siècle et Pierre-Paul RIQUET pour que les petits ruisseaux qui en dévalent le versant sud soient identifiés comme pouvant générer un débit suffisant permettant d’apporter la ressource nécessaire au fonctionnement du Canal du Midi. C’est donc bien grâce à la Montagne Noire que Pierre-Paul RIQUET put réaliser son « Grand Ouvrage » et ainsi unir les Mers Océane et Méditerranée.

 

EN SAVOIR +

Il avait en effet constaté que l’addition du débit constant et régulier de tous ces ruisseaux représentait un volume d’eau suffisant pour permettre la mise en eau du canal et compenser quotidiennement les pertes liées à la navigation, à l’évaporation et aux infiltrations.

Le dispositif pensé et organisé par RIQUET prend sa source au coeur de la forêt de Ramondens en pleine Montagne Noire. La Prise d’eau d’Alzeau (alt. 680 m) constitue le point de départ de la Rigole de la Montagne qui serpente ensuite dans des paysages sauvages et verdoyants en se gonflant de nombreux ruisseaux. Elle rejoint le vallon du Lampy où fut aménagé un vaste bassin afin de pourvoir aux besoins supplémentaires exigés par la réalisation du Canal de la Robine en 1776. Cette retenue fermée par une digue de plus de 90 m possède une capacité de 1,6 millions de m3. La Rigole de la Montagne poursuit ensuite sa route vers le Bassin de Saint-Ferréol (alt. 350 m), qu’elle rejoint après avoir franchi « la Percée des Cammazes ». Construite par VAUBAN en 1686, elle permit de quitter la vallée du Sor pour rejoindre celle du Laudot.

Conscient de la fragilité de son dispositif fondé sur la seule maîtrise du Laudot et du Sor, dont il présumait qu’elle était aléatoire et qu’elle ne serait pas toujours suffisante en période de forte sécheresse, RIQUET imagina donc de construire un vaste réservoir. Utilisé comme bassin de régulation, ce dernier devait recueillir en hiver toutes les eaux de la Montagne Noire, exceptées celle du Sor, et les restituer en été. Débutés en 1667, les travaux se poursuivirent jusqu’en 1672. Ils concernèrent essentiellement la construction d’une puissante digue de 350 m de long, que VAUBAN porta quelques années plus tard à 800 m.
 



D’une superficie totale de 67 hectares, le bassin de Saint-Ferréol offre une contenance de 6.5 millions de m3 soit plus que la capacité du Canal du Midi dans sa totalité, ce qui permet d’apprécier l’importance de la ressource ainsi mise à disposition. Lors de son inauguration, le barrage de Saint-Ferréol fut considéré comme la « huitième merveille du Monde ». Il demeura pendant plus de deux cents ans le plus grand barrage masse jamais construit au monde. Après Saint-Ferréol, le Laudot se dirige vers le Poste des Thomasses où il rejoint les eaux du Sor captées en amont à hauteur du Pont-Crouzet et conduites jusque là par la partie supérieure de la Rigole de la Plaine. Cette dernière accompagne ensuite les eaux jusqu’au Seuil de Naurouze (alt. 190 m) où elles ont réparties entre les versants atlantiques et méditerranéens.

Cinq années furent nécessaires pour creuser les 70 km du réseau d’alimentation de la Montagne Noire.
   
   
   

 

Réagir à cet article

Pour ajouter un commentaire

Publier un nouveau commentaire


Les commentaires sont limités à un maximum de 1500 caractères
Votre email ne sera pas visible.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage.
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.
* informations obligatoires
> mentions légales
 
> retour haut de page
 
 
Régions Languedoc Roussillon Midi-Pyrénées Union Européenne Unesco Logo Lauragais Logo Label Famille Plus
 Share | Logo Facebook Logo Twitter